MUSICA MEDIANTE
Accueil du siteMUSICA MEDIA : ESPACE JOURNALMUSICA MEDIA N°11
Dernière mise à jour :
jeudi 4 février 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
4 Brèves
12 Sites Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1268 aujourd'hui
100 hier
317255 depuis le début
   
Les "Meltiques"
jeudi 14 janvier 2010

popularité : 1%



Les "8èmes MELTIQUES" : NOVEMBRE - DECEMBRE 2009



Le thème de cette 8ème édition des Meltiques de Montferrand était : Autour de Beethoven. La Conférence du dimanche 29 novembre a donné le coup d’envoi de ces Meltiques, devant un public très nombreux, passionné par les propos de Bernard Dumoulin sur la vie de Beethoven, puis les explications de Pablo Pavon sur la 9ème Symphonie, et l’illustration musicale magistrale de Sabrina Barthe au piano, avec la sonate Appassionnata.

Le lundi 30 novembre, selon l’habitude, le Foyer Marie-Marius Viple de Montferrand, était le lieu d’un concert destiné à ses résidents ; l’Ensemble vocal de Femmes Musica Mediante, sous la direction de Pablo Pavon, a interprété diverses œuvres dans le cadre d’un Programme romantique. Le lendemain, mardi 1er décembre, c’est l’Institution Sainte-Thérèse Les Cordeliers qui était le cadre du concert consacré à Beethoven et le XIXème siècle allemand. En première partie, l’Ensemble vocal de Femmes, toujours dirigé par Pablo Pavon et accompagné au piano par Sabrina Barthe a interprété plusieurs pièces et liederde Brahms, Schubert, Schumann et Mendelsohn. En deuxième partie, Hiroé Namba au violon et Sabrina Barthe au piano, ont interprété la Sonate n°9 op. 47, dite Sonate à Kreutzer, de L. van Beethoven. Le public présent a énormément apprécié ces deux prestations.

Le samedi 5 décembre, pour le concert de clôture de ces Meltiques, les voûtes de la Cathédrale ont vibré avec la 9ème symphonie de Beethoven, et les quatre chœurs réunis de Musica Mediante, La Psalette de Genève, la Grande Vocale et la chorale Madrigal ont donné toute leur puissance avec le fameux final et l’Ode à la Joie.

Chœurs et orchestre se sont retrouvés le lendemain dimanche 6 décembre, à Thiers, et - si le cadre était différent - l’émotion engendrée par cette grande œuvre était encore au rendez-vous…

 

Répondre à cet article