MUSICA MEDIANTE
Accueil du siteMUSICA MEDIA : ESPACE JOURNAL MUSICA MEDIA N°10
Dernière mise à jour :
jeudi 4 février 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
4 Brèves
12 Sites Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1268 aujourd'hui
100 hier
317255 depuis le début
   
Interview de Matthias Seidel-Stollberg - Basse -
mercredi 16 septembre 2009

popularité : 2%

Interview de Matthias Seidel-Stollberg - Basse

 Matthias Seidel-Stollberg par Pascal de la Motte

Parcours musical ?

Je viens d’un village à côté d’Eisenach (Allemagne de l’Est), ville natale de Bach. Commence très tôt l’étude du piano, à 14 ans celle de l’orgue ; très rapidement je deviens titulaire de l’orgue de mon village. Etudes littéraires après le bac, puis musicologie et histoire de l’art à Leipzig. Je quitte l’Allemangne avant la chute du mur, via Prague. Puis j’arrive à Lausanne dans la classe de Jean-François Jauder, où je commence des études d’orgue, que je termine chez Jean-Christophe Guiser. Depuis 1993, organiste titulaire de St-Jean-Cour à Lausanne qui possède des orgues historiques conçues par le célèbre Dr Albert Schweitzer ; en parallèle, je commence le chant. Professeur : Marie-Thérèse Mercanton (elle-même élève de Gundula Ianowitz). Je chante surtout de l’oratorio (Paris, Rome et les festivals d’été ; parfois même dans les opérettes). J’ai chanté Hélias de Mendelsohn et très bientôt je chanterai Jésus de la "Passion selon St-Jean de Bach" (pour Pâques). Ma venue à Lausanne est due à des amis qui m’ont fait quitter Prague, et puis pour apprendre une autre langue !

Comment as-tu connu Pablo ?

Par l’intermédiaire de Silvie Bendova. Pablo est très connu à Lausanne, je n’avais jamais travaillé avec lui, mais les idées qu’il a sur la direction me plaisent ; il écoute bien et sa direction est claire, le geste précis ; ses idées sur le chœur sont très belles.

Tes préférences à chanter ?

Bach et Haendel naturellement. J’aime le baroque, les romantiques (Brahms, Mendelsohn) et puis les classiques aussi (Mozart). J’ai chanté tous les hommes dans Figaro ; Beethoven n’est pas agréable à chanter ! Du moins pour moi… Haydn peut être très beau, mais très symphonique. Pour la voix classique, Mozart est le plus beau, mais ce que je chante le plus, c’est Bach. Les instruments baroques ont des tonalités très riches, ce qui est bien pour moi. As-tu des projets ? Dans l’immédiat, Bach (Passion selon St-Jean), la Messe en Si, toujours de Bach, sur plusieurs concerts, il y a aussi de la musique sacrée des romantiques (Mendelsohn). Aimerais-tu chanter la musique contemporaine ? Je ne suis pas un fanatique ; j’écoute pour être au courant. J’ai collaboré à un projet de Pascal Dusapin à Lausanne (Médée), mais ça ne m’a pas beaucoup branché. On dit toujours que c’est intéressant, mais on a des difficultés à trouver d’autres adjectifs. Je pense que cette musique rend les gens malheureux, or je suis un bon épicurien et je ne vois pas pourquoi se torturer le cerveau ; quand je suis triste, je préfère être consolé par Bach… L’avenir nous dira ce qu’il restera de la musique classique contemporaine.

Paroles au cours du repas !

Il faut être en harmonie avec soi-même, on se rend compte de notre besoin d’humilité, ne pas se prendre au sérieux. Je me considère comme un artisan de la musique ; rester modeste Autres centres d’intérêt ? Littérature, voyages culturels.

(propos recueillis par Marie-Claude Fournerie)

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Le Mot du Directeur Musical
    16 septembre 2009

  2. La Grande Messe en Ut de Mozart
    16 septembre 2009

  3. Interview d’Elena López Jáuregui - Soprano 2 -
    16 septembre 2009

  4. Interview de Matthias Seidel-Stollberg - Basse -
    16 septembre 2009

  5. Interlude : un petit jeu
    16 septembre 2009