MUSICA MEDIANTE
Accueil du siteMUSICA MEDIA : ESPACE JOURNAL MUSICA MEDIA N°10
Dernière mise à jour :
jeudi 4 février 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
4 Brèves
12 Sites Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1268 aujourd'hui
100 hier
317255 depuis le début
   
Interview d’Elena López Jáuregui - Soprano 2 -
mercredi 16 septembre 2009

popularité : 1%

Interview d’Elena López Jáuregui - Soprano 2 -

Elena López Jáuregui par Pascal de la Motte

Ecoutais-tu de la musique lorsque tu étais petite ?

Ah oui, tout le temps parce que mes parents étaient très amateurs de musique et je me souviens surtout de "La Passion selon St Jean" de Bach… et de "Carmen" de Bizet (Pour moi ce sont des petits bijoux), mais il y en a beaucoup d’autres, des symphonies, des opéras …Mon père écoutait toutes sortes de musique.

C’est drôle que tu me parles de Carmen, car ce soir même, en t’entendant chanter, une choriste a dit : "Quelle voix ! Elle pourrait chanter Carmen !"

Oh, j’adorerais chanter Carmen, mais ce n’est pas mon registre de voix .Mon timbre de voix correspond plus à Michaèla. Je me souviens, petite fille lorsque j’étais malade et qu’il n’y avait personne pour me voir, je mettais une robe à volants et je jouais à être Carmen.

Qu’est ce qui t’as donné envie de chanter professionnellement ?

Parce que je crois que j’ai toujours grandi avec la musique. Je me souviens que ma grand-mère m’avait offert un petit piano rouge lorsque j’étais toute petite (2 ou 3 ans) et pour moi c’était merveilleux. A 4 ans j’ai commencé à jouer du piano chez mon grand père et à 6 ans, je suis allée dans une école de musique et j’ai pris des cours de piano et de solfège. J’ai commencé aussi à chanter dans un chœur d’enfants à Ordizia

Quel a été ton parcours musical ?

A partir de 6 ans, je suis allée dans une école de musique après les cours où j’ai étudié le piano et le solfège.J’ai fait des études pré-universitaires parce que mes parents voulaient que j’étudie jusqu’à l’université. Mais à 18 ans, j’ai du faire un choix car la musique, surtout le chant, demande beaucoup de travail. C’est un mode de vie, tu ne peux pas sortir comme les autres jeunes (il faut dire que je n’aimais pas beaucoup sortir, je préférais rester à la maison étudier le piano !). Bon, ça demande des sacrifices, mais ça te remplit ! Et mes parents m’ont toujours beaucoup soutenue dans mes choix.

Depuis combien d’années chantes-tu ?

Professionnellement depuis 21 ans. Mais j’ai toujours aimé chanter. Quand j’étais petite, je chantais tout le temps. (J’étais un peu "folle" !!!). A six ans j’ai commencé à chanter dans un chœur d’enfants à Ordizia, puis avec un chœur d’adultes. J’ai aussi chanté avec un chœur très réputé en Espagne, qui s’appelle le chœur Orfeon Donostierra. A 14 ans, j’ai commencé à chanter professionnellement avec les premiers instruments de l’orchestre officiel du Pays Basque.

Il y a-t-il des œuvres que tu as chantées qui t’ont spécialement enrichie ?

Non. Toute la musique m’enrichit. J’ai chanté du baroque, de la musique ancienne, du bel canto, toutes sortes de musique. Mais pour moi, Bach est une médecine pour l’âme et Monteverdi aussi. Paganini a dit : "S’il existe un dieu, Bach est le plus proche de lui." C’est vrai, il te transporte, mais c’est Bach, Verdi, Mozart…On ne peut pas choisir un compositeur.

Que penses–tu de cette Messe en C de Mozart ?

C’est une œuvre incroyable ! Avant je chantais la 1ère soprano. Aujourd’hui je chante la partie de la 2ème soprano et j’aime beaucoup l’écriture car il y a des écarts importants et avec cela, Mozart crée un effet très fort . Il a une écriture très simple qui repose sur 5 notes, mais c’est très difficile à chanter parce que c’est sublime.

Quels sont tes futurs projets musicaux ?

Des concerts de musique cubaine, commandées par le ministère espagnol de la commémoration culturelle, Le Stabat Mater de Pergolèse avec l’Orchestra de Los Jeronimos del Real, Dido et Aeneas de Purcell, les Cantates de Haendel. Puis la suite de mon travail en Argentine commencé depuis 4 ans, qui consiste à récolter l’intégrale des Canciones de Juan Pedro Esnaola (19è) en collaboration avec Norberto Broggini, qui joue sur le piano forte restauré du compositeur argentin. Nous avons fait deux CD et le 3ème est projeté pour Avril 2009.Il en est prévu 4. Il est aussi prévu des concerts en Argentine, parallèlement au travail de récupération.

(Propos recueillis par Liliane Chaucot)

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Le Mot du Directeur Musical
    16 septembre 2009

  2. La Grande Messe en Ut de Mozart
    16 septembre 2009

  3. Interview d’Elena López Jáuregui - Soprano 2 -
    16 septembre 2009

  4. Interview de Matthias Seidel-Stollberg - Basse -
    16 septembre 2009

  5. Interlude : un petit jeu
    16 septembre 2009