MUSICA MEDIANTE
Accueil du siteMUSICA MEDIA : ESPACE JOURNAL MUSICA MEDIA N°9, février 2009
Dernière mise à jour :
jeudi 4 février 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
4 Brèves
12 Sites Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
3259 aujourd'hui
0 hier
324128 depuis le début
   
MUSICA MEDIA N°9 - Décembre 2008
Concert de clôture : STABAT MATER de ROSSINI
jeudi 29 janvier 2009

popularité : 1%

A l’Eglise Saint-Pierre-les-Minimes, le dimanche 23 novembre 2008 Concert de Clôture avec le "Stabat Mater" de Gioacchino Rossini

"Final en beauté des Meltiques de Montferrand, à Clermont Rossini enflamme l’église Saint-Pierre

L’église Saint-Pierre-les-Minimes, place de Jaude à Clermont-Ferrand, s’est révélée trop petite pour accueillir tous les mélomanes désireux de vivre le concert de clôture des VIIèmes Meltiques de Montferrand, que proposait récemment l’association Musica Mediante sous la direction de Pablo Pavon.

En première partie, l’Ouverture de l’opéra La Cenerentola (Cendrillon) a fait redécouvrir, grâce au talent de l’orchestre Musica Mediante, la richesse rythmique et mélodique de la brillante orchestration composée par le grand musicien italien.

Théâtralité et sacré

Mais c’est surtout le Stabat Mater qu’attendait le public. Et il ne fut pas déçu, quoique surpris, d’abord, par cette combinaison originale, en dix numéros, d’une théâtralité qui rappelle l’opéra italien et de la méditation sacrée qu’impose le texte.

Grâce au quatuor d’excellents solistes - Silvie Bendova, Catherine Cardin, Patrick Garayt, Phillip Casperd - on put se rappeler que Rossini est un des maîtres du "bel canto", avec cette puissance et cette virtuosité lyrique qui ont permis de faire partager l’émotion douloureuse de la Vierge devant la croix.

Il revenait davantage au chœur, composé des choristes de Musica Mediante et de ceux de la Psalette de Genève, a cappella ou soutenu par l’orchestre, d’exprimer, par une polyphonie plus traditionnelle, le drame intérieur du chrétien déchiré entre la conscience du péché et l’espérance du Paradis. La fugue finale couronnait l’ensemble par son dynamisme tourbillonnant et jubilatoire.

Pablo Pavon, toujours aussi inspiré et engagé dans son travail, a été ovationné par le public pour avoir su conduire avec une autorité et une rigueur sans faille, cette interprétation conjuguant gravité et enthousiasme, puissance et subtilité."

La Montagne du 6 décembre 2008

 

Répondre à cet article