MUSICA MEDIANTE
Accueil du siteARCHIVES Musica Media N° 1-8, par Alexandra MUSICA MEDIA N°7, édition des VI ° MELTIQUES, décembre 2007
Dernière mise à jour :
jeudi 4 février 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
4 Brèves
12 Sites Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
100 hier
315987 depuis le début
   
CHAPELLE DES CORDELIERS : Vénus à l’opéra
lundi 4 février 2008

popularité : 1%

Ce jour-là, l’institution Ste Thérèse les Cordeliers de Montferrand, accueillait, sous les belles voûtes gothiques de l’ancienne chapelle, un concert en deux parties : d’abord des airs d’opéra italiens et français chantés par le baryton François Gauthier, accompagné par le pianiste Philippe Marty ; la deuxième partie était consacrée à « La Naisssance de Vénus » de Gabriel Fauré, pour laquelle, à ces deux musiciens, se joignait l’ « Ensemble Vocal » Musica Mediante, sous la direction de Pablo.

Propos échangés avec Philippe Marty, pianiste

Comment un pianiste passe-t-il des airs d’opéra à la « Vénus » de Fauré ?

Les partitions sont en effet de type bien différent. Pour les airs d’opéra, la partition de piano cherche à évoquer l’orchestre absent. Par contre, la partition de piano de « Vénus » a été écrite par Fauré lui-même, après qu’il ait composé l’œuvre « pour solistes, chœur et orchestre ». Elle ne cherche donc pas à donner l’illusion de l’orchestre, mais a un intérêt pianistique autonome, avec plusieurs longs passages de piano solo (sans le chœur) où se révèle toute la complexité de l’écriture musicale de Fauré : son chromatisme, ses harmonies osées et aussi cette fluidité liquide qui est sa caractéristique.

Quel bilan faites-vous de cette soirée ?

J’ai été très heureux de travailler avec François, car j’accompagne plus souvent une voix de femme, notamment celle de Laurence Adjé-Deschamps. Ce fut donc pour moi une expérience nouvelle et intéressante. Je dois dire aussi que j’ai beaucoup apprécié de pouvoir préparer ce concert avec Pablo. Il est un véritable « sculpteur de la musique », et comme un metteur en scène pour ses comédiens, il est capable d’aller chercher et de faire sortir le meilleur de ce que portent en eux les musiciens... et les choristes.

Et quels sont vos projets ? Plusieurs programmes sont en préparation, dont un, en particulier, me tient à cœur, avec Laurence Adjé-Deschamps. Il s’intitulera « Chants d’origine ». Il sera comme une histoire du chant et des rythmes d’inspiration africaine, depuis les origines jusqu’à Gershwin.

Propos échangés avec François Gauthier, baryton :

Comment ce programme a-t-il été composé ?

Il s’agissait de faire apparaître le lien entre Verdi et « La naissance de Vénus » de Fauré. Nous sommes donc partis d’airs d’opéras italiens de Verdi, Rossini et Puccini, en première partie, avant de proposer des airs d’opéras français : Gounod, Bizet, Delibes, puis Massenet qui, avec l’air d’Athanaël de « Thaïs », nous rapprochait sensiblement de l’écriture musicale de Fauré. Toutefois, sa « Vénus » est plus proche de l’oratorio que de l’opéra du XIX° siècle avec le lyrisme et la charge émotionnelle qu’il porte. La musique de Fauré est aussi plus complexe et se rapproche de celle de Debussy et de Ravel.

Est-ce très différent de chanter de l’opéra italien et de l’opéra français ?

Oui, car les langues sont très différentes. Le français est une langue plus plate, sans accent bien marqué et dans le chant français, le texte et les mots prédominent. En italien, la ligne mélodique est plus importante avec sa rondeur, sa couleur. La diction du texte passe après le chant, et il n’y a pas comme en français ces nasales, si difficiles à rendre dans les notes aiguës.

On est frappé de te voir chanter cette dizaine d’airs d’opéra sans la moindre partition !

J’ai l’habitude du « par cœur » parce que je chante souvent dans des opéras ou autres œuvres lyriques, que ce soit « Les Noces de Figaro » de Mozart, « Tosca » de Puccini, ou le « Barbier de Séville » de Rossini et bien d’autres...On apprend ainsi à se servir de sa mémoire...

Propos recueillis par Bernard Dumoulin

 

Répondre à cet article